"LA FRANCE AUX FRANCAIS"

Publié le par vivemafrance

 

 

Après l'apéro géant saucission-pinard, dit aussi anti-islam, c'est aujourd'hui samedi 18 décembre 2010 que se tiennent les (premières ?) assises contre l'islamisation de l'Europe à Paris, Charenton.

Remercions au passage le préfet de police de notre belle capitale d'avoir autorisé ce rassemblement. Il a bien entendu mis en garde les organisateurs contre d'éventuels troubles à l'ordre public. Quand-même...

A l'initiative des associations Riposte Laïque et le Bloc identitaire, Paris se voit donc pour un jour la capitale de la discrimination et du racisme.

 

  

Christine TASIN, présidente de Résistance Républicaine, association émanant de Riposte Laïque présente leurs actions sur le site : "je suis seulement comme vous une française lambda déboussolée de voir ce qu'ils ont fait de mon pays, de la France, que j'aime profondément. Je vois disparaître peu à peu tout ce qui faisait ma joie et ma fierté d'être française, tout ce qui me consolait de devoir mourir un jour, comme tout le monde. (...) Résistance républicaine sera ouvert aux citoyens de tous bords, politiques ou apolitiques et elle permettra, du moins je l'espère, à beaucoup de français isolés, qui ne savent pas comment agir, d'adhérer à cette démarche afin de faire entendre leurs voix et leur indignation face à l'islamisation de la France, qu'on leur impose (...)".

Source : site de Riposte laïque.

 

Moi, ce qui m'intrigue dans cette présentation, c'est quand-même ce "on", utilisé à deux reprises. Christine s'te plaît, tu pourrais être plus claire ? Parce que là "ça" ressemble vraiment à un discours victimaire.

 

Pour Oskar FREYSINGER (à l'origine de la votation suisse sur les minarets), "Sans me fermer à l'autre, l'altérité est une richesse - et elle est une richesse - si l'autre respecte mes racines autant que moi je respecte les siennes (...)".

Source : site du bloc républicain.

 

Ca a le mérite d'être clair : le respect passe donc par la fermeture des lieux de culte mais avant, par la diabolisation d'une partie de la population suisse... (souvenez-vous, les affiches propagandistes).

Ok...

 

Un petit film pour leur rafraîchir la mémoire, à ces deux petits gâteux amnésiques d'une histoire de la France :

 

 

 

 

Alors Madame TASIN, toujours aussi joyeuse et fière...?

 

Petit (mais vraiment tout petit) rappel : 

 

François MITTERAND, fin 1980', entretien avec Marguerite Duras.

 

- M.D. : Quelles sont les composantes du racisme ? Parce que c'est quand-même la chose dont on désespère le plus.

- F.M. : C'est enraciné dans l'espèce humaine et il faut dire qu'à travers l'histoire de l'humanité, qu'est-ce que vous voulez, ça n'a jamais fait plaisir à personne, de vivre dans sa hute avec un petit bout de terre (…) et puis tout à coup quelqu'un qui arrive sur son cheval qui vient de l'asie centrale vous rafle tout ça, vous viole vos femmes et, vous tue vos enfants. Y a un réflexe de défense. Tout ce qui vient de l'étranger … c'est un réflexe primitif. (…) Comment volez-vous que le paysan gaulois, celte, éprouve une fraternité particulière à l'égard du tatare, monghol, du germain qui vient... et vice et versa. Ca a pas été à sens unique. [et de faire référence à Abel et Caïn pour justifier le rapport à l'étranger, ndb] (…) Il y a quelque chose de logique dans tout ça.

 

Jacques CHIRAC, 19 juin 1991, dîner-débat du RPR, Orléans.

 

« le travailleur français qui habite à la goutte d'or où je me promenais avec A. Juppé la semaine dernière il y a trois ou quatre jours et qui voit sur le pallier à côté de son hlm entassés une famille avec un père de famille, 3 ou 4 épouses et une vingtaine de gosses et qui gagne 50000 francs de prestations sociales sans nuturellement travailler...

si vous ajoutez à cela... si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur... »

   

Bernard KOUCHNER, 2002, devant un poste de télévision (propos tenus en italique).

 

- « Tout n'est pas rose en France mais enfin l'équipe est bleue et multiraciale

- Ah ça c'est sûr

- ça en a fait chier plus d'un d'ailleurs

- oui on cherche les Blancs d'ailleurs au milieu de tous ces … m'enfin bon. »

 

Nicolas SARKOZY, 10 novembre 2005, émission A Vous de Juger, France 2.

 

"J'aimerais bien que l'on vienne me dire bien en face, quelqu'un qui ose frapper un pompier, qui jette des pierres sur un pompier, qui balance du haut de la tour une machine à laver sur un pompier, on l'appelle comment ? Jeune homme ? Monsieur ? On l'appelle un voyou parce que c'est un voyou". "Quand je dis il y a des racailles, eux-mêmes s'appellent comme cela. Arrêtez de les appeler des jeunes"

 

Georges FRECHE, 11 février 2006, cérémonie à la mémoire de Jacques Roseau.

 

« Vous êtes allés avec les gaullistes (...) Ils ont massacré les vôtres en Algérie (...). Ils les ont égorgés comme des porcs. Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps (...). Ils ont massacré les vôtres en Algérie et encore vous allez leur lécher les bottes. Mais vous n’avez rien du tout, vous êtes des sous-hommes ! (La voix : « C’est vous le sous-homme !  ») Vous n’avez rien du tout, vous n’avez aucun honneur, rien du tout. (La voix : « Vous le sous-homme ! ») Il faut que quelqu’un vous le dise, vous êtes sans honneur, vous n’êtes même pas capable de défendre les vôtres. Voilà. Voilà. Alors, dégagez. »

 

Paul GIROT De LANGLADE, alors coordinateur local pour la Réunion des États généraux de l'Outre-mer, 31 juillet 2009, aéroport d'Orly (Paris sud).

 

« on se croirait en Afrique ici »

 

Brice HORTEFEUX, 5 septembre 2009, université d'été de l'UMP, Seignosse.

 

«Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes.»

 

Jean-Paul GUERLAIN, 15 octobre 2010, journal télévisé, France 2.

 

« Pour une fois je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé mais enfin... »

 

Florent PAGNY, 8 novembre 2010.

 

 "... A un moment, ton môme il rentre à la maison et d'un seul coup il se met à parler rebeu [arabe] ! Tu lui fais "c'est pas possible !"... Verlan encore tout va bien, mais là il n'y a pas de raison...il y a aussi cette histoire de peur et d'ambiance un peu bizarre où finalement les mômes, ils raccrochent des codes pour être sûrs de ne pas être emmerdés".

 

« Je tiens à m'excuser si j'ai blessé, choqué, offensé des gens. Moi raciste, c'est l'antipode de ce que je peux être » [...surtout en pleine période de promo de ton dernier album..., ndb].

 

 

Maintenant que vient d'être dit ce qui a été dit, l'on peut certainement s'interroger sur le bien-fondé d'une organisation des assises nationales du racisme en France (enfin arabophobie, négrophobie et tout). Chiche ?

 

 

Publié dans actualité politique

Commenter cet article