LE DRAPEAU DE LA DISCORDE.

Publié le par vivemafrance

PETIT SOUTIEN A BERNARD GENIN.

 

A la tête de la ville de Vaulx-en-Velin (banlieue Lyonnaise) depuis le 24 avril 2009, Bernard Genin a décidé il y a un an de faire flotter sur le bâtiment de l'Hôtel de Ville le drapeau palestinien. La municipalité entretient un partenariat étroit avec la ville de Beit Sahour et le camp de réfugiés d'Aïda en particulier – cela dans le cadre de la coopération décentralisée *.

 

Cet acte n'est pas du goût du préfet du Rhône Jean-François CARENCO qui a assigné le maire en justice.

Rendez-vous le 29 juin au tribunal administratif de Lyon.

 

"Bernard Genin compte bien défendre ses idées et ses convictions, mercredi 29 juin devant le tribunal administratif, où il convoqué à la demande du préfet pour avoir fait flotter, depuis un an, le drapeau palestinien au fronton de l'Hôtel de Ville. A cette occasion je continuerai de défendre l’idée que la neutralité exigée par le préfet n’est pas la bonne solution, qu’elle est un acte de lâcheté devant l’oppression du peuple palestinien. Je préfère exprimer ma solidarité : nos actes concrets de coopération avec la ville palestinienne de Beit Sahour, ville liée avec la nôtre par un pacte d’amitié, et le drapeau palestinien en sont la démonstration ”, indique-t-il. "

http://www.vaulx-en-velin.com/Actualites/Drapeau-palestinien-le-maire-convoque-au-tribunal

 

En attendant :

 

- la firme israélienne AGREXCO prépare son installation à Montpellier et Israël continue de vendre en toute impunité des produits fabriqués dans les colonies israéliennes.

 

- Le 26 juin 2011, Alain JUPPE, homme politique FRANCAIS (...) déclare « A la veille du triste anniversaire de la cinquième année de captivité de Gilad Shalit, je veux redire que la situation de notre compatriote, détenu au mépris des principes les plus élémentaires du droit international humanitaire, est inacceptable. Elle est également sans équivalent : Gilad Shalit est à ce jour l’otage français qui a fait l’objet de la détention la plus longue.

La France n’oublie pas Gilad Shalit. Nous mobilisons nos partenaires et poursuivons sans relâche notre action en faveur de sa libération, en coordination avec les autres efforts de médiation en cours. Nous passons tous les messages utiles à nos partenaires de la région. Nous continuons à exiger qu’un droit de visite soit accordé au comité international de la Croix rouge, conformément au droit international.

(...)

Pour Gilad Shalit, il n’y a pas de printemps arabe : le vent de liberté qui souffle sur la région n’est pas arrivé jusqu’à lui. Personne ne peut être indifférent au drame vécu par sa famille et par ses proches, depuis près de cinq ans maintenant. J’ai en ce jour une pensée toute particulière pour Noam et Aviva Shalit, que j’ai rencontrés il y a quelques jours sous la tente qu’ils ont installée à Jérusalem, et dont la dignité dans cette épreuve force l’admiration. »

site internet israelvalley.

 

Pour avoir des infos sur Salah HAMOURI, remplacez le nom de Gilad SHALIT par le sien et le chiffre 5 par 6. Sinon, reportez-vous au texte # DIS, C'EST QUAND MON TOUR...? (cliquer, puis partie de texte en fin de page) sur ce blog.

 

- le 17 mars 2011, des militants du collectif BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) comparaissaient devant le tribunal de Bobigny. Il leur est reproché d'avoir appelé au boycott de produits venus d'Israël et vendus dans les magasins Carrefour dont l'information communiquée au consommateur était volontairement dissimulée e ou erronée.

Le procès est revoyé au 20 octobre 2011. A suivre...

 

 

Alors oui, que le drapeau palestinien flotte dans le ciel de Vaulx-en-Velin, c'est une réelle provocation lancée à la politique économique française !

Soyons "raisonnables" Monsieur GENIN, vous ramez à contre-courant-idéologique. Une tempête dans un verre d'eau.

Personne n'a jamais dit que le Rhône est un long fleuve tranquille.

 

 

*  La « coopération décentralisée » englobe toutes les relations d'amitié, de jumelage ou de partenariat nouées entre les collectivités locales françaises et les collectivités équivalentes d'autres pays. Plus généralement, on y inclut différentes formes d'assistance ou échanges d'expériences avec des structures publiques locales étrangères.
Composante importante de la présence française à l'étranger, les actions de coopération décentralisée offrent aussi, pour nos compatriotes expatriés, l'occasion d'établir des contacts privilégiés avec les collectivités territoriales qui s'y impliquent.
Le Sénat a entendu bien marquer l'importance qu'il accorde à ce volet typique de son activité internationale, en se dotant, au sein de son Bureau, d'une délégation à la coopération décentralisée.

http://www.expatries.senat.fr/coop.html

Publié dans actualité politique

Commenter cet article