LA PLANETE DES SINGES.

Publié le par vivemafrance

Dégoûtée.

 

  

Aujourd'hui 14 juillet 2011 "fête nationale" française, j'ai comme un goût amer dans la bouche. Ce n'est pas le thé que je sirote en écrivant ces quelques lignes, ce ne sont pas non plus les doux abricots que j'ai mangés ce matin. Non. Un goût de profonde déception, relevé par un sentiment de trahision. Tout le miel que je pourrais avaler ne suffirait  pas à couvrir cette amertume. Presque des hauts-le-coeur, et Dieu sait s'il est en berne. Bernée, oui, c'est un peu ça. Je croyais, pendant longtemps j'y ai cru et il me reste encore des séquelles de cette intox propagandiste - que j'étais une française parmi tous les Français. Tous les Français de France et d'ailleurs. Je me rends compte chaque jour pourtant que je le suis toujours un peu moins. Sans doute plus que demain mais incontestablement moins qu'hier. Cette francité qui m'exclut inexorablement, comme une femme/ un homme au marché qui choisirait des fruits "bien comme il faut".

On est plus ou moins français que d'autres, comme on est plus ou moins beau ou riche.

On pourra me répondre que "c'est pas écrit dans les livres" mais ces choses-là ne s'écrivent ni ne se lisent nulle part. Ce sont des vérités qui ne parlent qu'aux initiés. Des vérités parallèles à ces mensonges dont certains médias regorgent. Gavage inform-institutionnel.

Je ne crie pas au complot. Ce n'est pas une théorie que je défends. Les faits parlent d'eux-mêmes et je m'en vais vous les laisser lire. 

 

(le texte est un peu long mais assez facile à lire. Et puis vous n'aurez pas perdu votre temps).

 

 

 

 

La politique étrangère française à l'endroit de l'administration israélienne autrement dit : les trois singes* (non, il ne s'agit pas de Sarkozy, Juppé et Le Baron. Comme vous pouvez être imaginatifs parfois ! Cessez vos acrobaties synaptiques, à force de contorsions vos neurones risquent le lumbago intellectuel).

 

* au Sénégal, les trois singes représentent en quelque sorte la sagesse "rien entendu, rien, vu, rien dit" ; l'un se bouchant les oreilles, l'autre se fermant les yeux, le dernier tenant sa bouche avec les mains).

 

 

Le gouvernement français et son ministère des Affaires étrangères en particulier ont démontré à cette occasion [ "les 342 terroristes [mot repris par le blogger, ndb] empêchés de se rendre en Cisjordanie", ndb] qu'ils appuyaient la politique israélienne de blocus de tous les territoires palestiniens occupés. Pas seulement donc, le blocus de la bande de Gaza (pour laquelle Paris fait preuve de la même lâcheté, comme on l'a vu avec la récente Flottille) mais aussi celui de Jérusalem et de la Cisjordanie, où vivent la moitié des Palestiniens des territoires.

Au plan politique, le ministre Alain Juppé et ses collaborateurs n'ont pas levé le petit doigt pour faire respecter un droit élémentaire, celui, pour des citoyens français, de se rendre dans les territoires occupés à l'invitation d'associations de la société civile palestinienne.

Comme on le sait, il est impossible de voyager vers les territoires palestiniens sans passer par les autorités israéliennes (à l'aéroport de Tel-Aviv en particulier), puisqu'Israël contrôle tous les points d'entrée dans ces territoires, et que le seul aéroport dont avaient disposé pendant un bref laps de temps les Palestiniens a été intégralement détruit par un bombardement israélien il y a dix ans.

 

http://www.demosphere.eu/node/25348

 

 

 

En grande optimiste pleine de ressources, la consule générale à Tel Aviv, Madame Colette LE BARON,  nous montre le bon côté des choses. Se faire arrêter par l'armée israélienne n'est rien moins qu'un juste retour des choses. Vous vouliez partir pour la Palestine ? Ca vous apprendra. Un peu comme les expérience que l'on peut voir faire sur les cobayes... Des souris et des hommes... Du pareil au même. Et quand ça peu servir d'exemple, c'est encore mieux.

 

« Elle nous a dit : c'est bien fait pour vous, on vous avait dit de ne pas y aller. Et pas moyen d'obtenir d'elle une bribe d'information, ne serait-ce que sur notre statut, puisqu'on ne nous [les 49 français retenus par les autorités israéliennes, ndb] a même pas présenté un arrêté d'expulsion », nous a ainsi déclaré dimanche une des prisonnières, autorisée à utiliser son portable pour une communication de trois minutes.

 

http://www.demosphere.eu/node/25348

 

Une femme d'honneur ?

D'honneur hélas il n'est certainement pas question. Les humiliations et actes de violences avérés envers les fonctionnaires français en Palestine occupée n'ont rien d'exceptionnel ni ne s'embarrassent des questions de la fierté et d'amour-propre. C'est dire combien l'influence de la consule de France à Tel Aviv est faible, pour ne pas dire inexistante.

 

Miette. D’une façon générale, le corps consulaire français se plaint de la violation régulière par les policiers et les soldats israéliens des usages consulaires. Le 11 juin 2008, Catherine Hyver, consule adjointe à Jérusalem, avait été retenue dix-sept heures sans une goutte d’eau ni une miette de pain par la sécurité israélienne à un point de passage de la bande de Gaza.

Excréments. Mais l’incident le plus choquant est l’occupation du domicile de l’agent consulaire français, Majdi Chakkoura, à Gaza pendant l’attaque israélienne de janvier. En son absence, les soldats israéliens ont complètement ravagé les lieux - pourtant signalés à l’armée israélienne -, volé une grosse somme d’argent, les bijoux de son épouse, son ordinateur et détruit la thèse sur laquelle il travaillait. Et ils ont souillé d’excréments le drapeau français. Le Quai d’Orsay n’a là encore élevé aucune protestation. Une occupation semblable s’est produite au domicile d’une professeure palestinienne du centre culturel français. Avec ce tag écrit en français sur la bibliothèque dévastée : «Sale arabe, ont va revenir te tuer». C’est, dit-on à Gaza, la faute de français - le «t» en trop - qui a choqué l’enseignante.

 

http://www.liberation.fr/monde/0101576075-la-france-humiliee-par-tsahal

 

 

Représentants de pacotille ? (c'est juste une question)

Ce que l'on peut retenir du voyage des pacifistes invités par la Palestine occupée : La France se positionne sans ambiguité sur la question du blocus de Gaza mais pire encore, sur les positions radicalistes inhumaines et méprisant non seulement le  droit des individus mais aussi les résolutions de l'ONU ainsi que les lois internationales (ça ressemble à un pack. Vous trouvez pas ?). Rien que ça. En refusant d'apporter secours à ses ressortissants - comme elle y est astreinte, et c'est même son devoir - la France apporte son soutien tacite et non moins complice aux israéliens, et dans le même temps, met en garde quiconque s'aventurerait à entreprendre une visite en Palestine (un voyage ? Quelle idée !).

 

 

 

L'exécrable rhétorique ou comment on prend les gens pour ce que l'on est bien plus qu'ils ne le sont (quand seulement ils le seraient)...

 

 

(Enfin,) l'ambassadeur français pour les droits de l'Homme, François Zimeray, a affirmé pour sa part que la libération de Schalit serait un signal positif envers la communauté internationale et prouverait que les palestiniens sont prêts à diriger un Etat. "Dans quelques mois, la communauté internationale devra se prononcer sur la reconnaissance d'un Etat Palestinien", a t-il expliqué. "Je ne connais pas encore notre position. ce n'est pas le sujet. La seule chose que je peux dire 'est que lorsque l'on aspire à un Etat régi par ses propres lois, il faut être capable de respecter les lois internationales les plus basiques, commes celles concernant les droits humains". http://www.ambafrance-il.org/IMG/pdf/2806JFR05.pdf

 

 

"La seule chose que je peux dire est que lorsque l'on aspire à un Etat régi par ses propres lois, il faut être capable de respecter les lois internationales les plus basiques, commes celles concernant les droits humains".

 

Attends François, t'as craqué ou quoi ? Au vu du profond respect que les israéliens ont pour l'Homme et si l'on applique la citation pleine de bons sens qui se trouve ci-dessus, il va sans dire qu'un Etat israélien n'a vraiment pas lieu d'être. D'ailleurs, formulée ainsi, cette citation laisse difficilement entendre autre chose.

 

Une (je me dis que s'il y en a une, rien n'empêche que d'autres aient été envoyées) lettre du président Nicolas Sarkozy à Gilat Shalit, soldat israélien - de nationalité française et israélienne, soit - fait prisonnier par les Palestiniens.

Je vous laisse apprécier.

 

lettre-sarko-shalit-copie-1.jpg

 

 

Alors les Français retenus à Tel Aviv, hein... 

 

 

Et vous, ça vous fait quel effet ?

 

 

Nota bene :

Je rappelle qu'à ce jour je n'ai toujours trouvé aucune information sur les Français arrêtés à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle par les forces de l'ordre françaises (non, ce n'est pas une précision inutile) ni sur les Français détenus à Tel Aviv - qui partaient pour la Palestine, bien que dans une certaine mesure... (mais bon).

 

Je n'ai peut-être pas assez cherché mais je continue. Si toutefois vous avez des infos, n'hésitez pas à me contacter.

Publié dans actualité politique

Commenter cet article