DESOLEE.

Publié le par vivemafrance

 

Vous m'avez manqué.


Dieu sait qu'à plusieurs reprises, j'ai tenté de revenir. J'avançais, j'avançais encore mais rien n'y faisait. J'ai tourné comme le hamster qui s'évertue à produire de l'énergie pour évoluer dans un parcours sans fin.

Un assureur qui veut absolument vous trouver dans une période bien déterminée une maladie inexistante qui serait survenue peu importe comment, ou un complexe qu'il pourra expliquer par n'importe quelle période de votre vie, ou encore un fait aussi mineur puisse-t-il être et qui constituerait un tort même insignifiant... pour ne pas vous indemniser et à cette fin vous trimbale de spécialiste de ceci en expert de cela. Une sécurité sociale qui vous crée un problème alors que tout va parfaitement bien et un agent de sécuirité sociale qui vous envoie balader avec des explications erronées. Un médecin qui se prend pour un avocat. Bref. Autant d'événements mineurs qui peuvent avoir raison de la plus grande combativité. Des non-événements plus exactement, énergivores de surcroît.

 

Bizarre, tiens. C'est au moment où je l'écris que je m'en aperçois : l'assureur, la sécurité sociale, le médecin ne doivent-ils pas assurer la protection des personnes ? Aujourd'hui, ils vous soupçonnent, vous accusent. Présomption de culpabilité. Tout ce qui vous arrive de mauvais doit trouver sa source en vous seul. Alors on la cherche. Et quand on ne la trouve pas, eh bien on la crée. Il ne vous reste plus qu'à prouver que le mensonge en est un. Bon courage !

 

Vous signez avec votre assureur un contrat qui n'engage que vous. Et quand vous rencontrez un médecin qui exerce pour le compte d'une société d'assurance ou pour la sécurité sociale, vous vous apercevez qu'il a craché sur le serment d'Hippocrate et vendu son éthique. Vous le voyez piétiner tous les jours le code de déontologie médicale. Il se révèle en outre être le Polichinelle du secret médical.

 

Bref. Pour l'heure, ma petite vie tranquille m'accorde un sursis et moi, j'en profite pour revenir vous voir.

Commenter cet article